7 bonnes raisons pour passer au moins un weekend à Lisbonne !

Lisbonne n’a pas la seule qualité d’être "la ville moins chère de toute l’Europe Occidental", tel que l'affirme le magazine Forbes. On peut ajouter à ce facteur un héritage historique notable, une collection de monuments superbes et une culture riche et intéressante, ainsi que restaurants et quartiers à la mode... Dans son article, le magazine américain trouve 12 bonnes raisons pour aimer Lisbonne !

Personnellement, j'ai du mal à décompter le nombre de raisons qui me font aimer la capitale lusitanienne. La première, ce sont ses collines, la cité en compte 7 (tient tient...) ce qui lui donne un petit air de Rome (avec le fleuve en plus) ou d’Istanbul....

 

Print Friendly and PDF

Pour un premier weekend de découverte de la capitale lusitanienne, je vous propose 7 trips incontournables pour vous faire revenir un peu plus longtemps.

 

Mais au fait que signifie "lusitanienne" ?

Cela pourrait faire référence aux habitants d'une lointaine planète de l’époque d'Albator ou à un nouveau pays Balte ! Mais non, l'origine est à la fois plus proche mais néanmoins éloignée dans le temps... Pour en savoir plus ICI.

Mes 7 coups de cœur qui justifient un voyage (ou une étape de votre road trip) à Lisbonne :

Mosteiro dos Jeronimos Lisbonne Belem

1 - Mosteiro dos Jeronimos

 

Un véritable feu d'artifice architectural vous attend dans le plus bel édifice manuélin de la ville. Les décorations en pierre de ce monastère du 16e S., aussi fines que de la dentelle, arborent des motifs inspirés de la nature : voûtes festonnées, tourelles ornées de torsades et de coquillages, colonnes où s'entremêlent feuilles, vignes et nœuds marins. Cette beauté lui a valu d'être inscrit au patrimoine mondial par l'Unesco en 1983.


Torre Belem Tour de Belem

2 - Torre de Belem

 

Que dire ce monument emblématique dédié à la gloire des conquêtes maritimes ? Inscrit également au patrimoine mondial de l’Unesco, il représente l’architecture manuéline à son paroxysme mélangeant le classicisme de la Renaissance et l’exotisme incluant des souvenirs de la Koutoubia de Marrakech !

 


Pasteis Lisbonne

3 - Les pasteis de Belém

 

Qui n'a jamais goûté ces jolies et délicieuses tartelettes ne peut comprendre l'attirance que procure cette pâtisserie emblématique du quartier de Belém.

Il s'agit d'une pasteis de nata, soit une petite tarte feuilletée au flan, mais pas n'importe laquelle, celle de l’Antiga Confeitaria de Belém.


Miradouros Lisbonne
azulejos Lisbonne metro
Fado Lisbonne
funiculaire Lisbonne ascensor

4 - Les miradouros : les terrasses de Lisbonne

 

Lisbonne dispose tel un véritable musée à ciel ouvert de plusieurs points de vue qui permettent d’en admirer les charmes et ses détails à toute heure du jour et de la nuit. Ce sont ses miradouros (ou belvédères), qui offrent des panoramas exceptionnels sur la ville. Lorsque le passant s’y arrête on se croirait comme suspendu au-dessus de la ville, du temps et du tumulte urbain quotidien.

 

5 - Azulejos et calçada portuguesa

 

A Lisbonne et dans tout le Portugal, les azulejos sont des ornements omniprésents, les azulejos sur les murs et la calçada sous vos pieds ! Vous ne pouvez les manquer, même le métro de Lisbonne met à l'honneur cet art lusitanien.

 

6 - Le Fado, la saudade portugaise

 

Inscrit en 2011 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, le Fado est plus qu'un chant, c'est une complainte puissante qui questionne un destin contre lequel on ne peut rien. Mélopée dérivée des poésies chantées par les troubadours du moyen-age, chant d'origine mauresque ou afro-brésilienne, les hypothèses ne manquent pas sur l'origine du Fado.

7 - Les remonte-pentes Lisboète

 

Tout aussi pittoresques que les tramways, les funiculaires (ascensor) sont de petits trains jaunes à crémaillère faisant office de remonte-pentes sur les collines de la capitale portugaise. On peut également lui ajouter un ascenseur (elevador) qui trône majestueusement au cœur de la Baixa.

Ces amusants petits trains sont apparus au début du 20e S., sur huit conçus originellement, ils ne sont plus que trois à être en activité. 


Écrire commentaire

Commentaires: 0