ErotikaLand : un parc d’attractions pour adultes seulement

 

Au Brésil, malgré les critiques d'une partie de la classe politique, un parc d’attractions un peu spécial doit ouvrir ses portes en 2018. Comme son nom l’indique ErotikaLand sera consacré à l’érotisme : ce parc va faire monter la chaleur d'un cran au Brésil !

Il y aura des montagnes russes, une grande roue et même un train fantôme !

Pourtant, le bien nommé ErotikaLand n'a rien d'une pâle copie de Disneyland. Entièrement dédié à l'érotisme, ce parc d'attraction un peu particulier devrait ouvrir ses portes en 2018 à proximité de la ville de Piracicaba, à deux heures de route de Sao Paulo au Brésil.

Paulo Meirelles and Mauro Morata partners Erotikaland
Paulo Meirelles and Mauro Morata partners Erotikaland

Mauro Morata, l'homme d'affaires brésilien à l'initiative du projet, a décidé d'investir 20 millions d'euros dans le parc. Une somme colossale destinée à attirer le plus de curieux possible. Erotikaland disposera en effet d'une salle de cinéma 7D où les spectateurs pourront ressentir beaucoup de choses comme la chaleur, le froid, les vibrations..., d'une piscine nudiste, d'auto-tamponneuses en forme de sexes, d'un "train des plaisirs" et de différents sex-shops. Des produits aphrodisiaques seront même servis au snack-bar, à côté des barbes à papa et autres pommes d'amour.

Malgré la réputation déjà sulfureuse d'ErotikaLand, "ce n'est pas comme si l'on essayait de recréer Sodome et Gomorrhe", rassure Mauro Morata. Faire l'amour dans l'enceinte du parc sera donc strictement interdit.

"Si les clients veulent passer au niveau supérieur, ils pourront aller dans un hôtel à proximité que nous gérerons", poursuit l'instigateur du projet.

Titiller la libido des Brésiliens ne semble pas être le seul but d'Erotikaland. Il s'agit aussi de booster l'économie de la région en créant plus de 250 emplois. Malgré tout, la construction d'ErotikaLand fait polémique. Matheus Erler, président du conseil de la ville de Piracicaba et membre du Parti socialiste, a déjà exprimé son inquiétude concernant l'implantation du parc, affirmant que ce dernier pourrait faire de la ville un repaire de "débauchés".

De son côté, Mauro Morata le martèle: il souhaite avant tout promouvoir une "approche saine du sexe". 

 

Pour y accéder, il faudra débourser la modique somme de 90 euros. Ah oui tout de même, ce n’est pas à la portée de toutes les bourses...



Écrire commentaire

Commentaires: 0